You have not selected any currencies to display
Home Analyse Journalière La Banque centrale des Fidji met en garde contre l’utilisation des cryptomonnaies

La Banque centrale des Fidji met en garde contre l’utilisation des cryptomonnaies

Fiji

La déclaration intervient en tant que mesure de précaution contre l’intérêt croissant pour les cryptomonnaies dans le paysage financier fidjien. Malgré la montée en puissance mondiale de l’adoption des devises numériques, les Fidji maintiennent une position ferme, en soulignant que seul le dollar fidjien est légal en tant que monnaie officielle.

Soulignant son autorité réglementaire, la Banque de réserve a invoqué la loi de la Banque de réserve (1983), qui stipule que seules les billets de banque et les pièces émis par la banque centrale constituent des devises légales. Toute déviation de ce mandat, comme l’utilisation de fonds pour investir dans des cryptomonnaies, est considérée comme illégale en vertu de la loi fidjienne.

Des sanctions planent sur ceux qui défient ces réglementations, comme le souligne la loi sur le contrôle des changes (1950), renforçant la gravité du non-respect des directives de la banque centrale.

Alors que les Fidji, ainsi que d’autres nations insulaires du Pacifique comme Palau, les îles Salomon et Vanuatu, explorent le domaine des devises numériques de banque centrale (CBDC), les cryptomonnaies privées restent en dehors de la reconnaissance officielle. Malgré l’attrait de l’innovation numérique, la majorité des Fidjiens continuent de s’appuyer sur de l’argent liquide traditionnel pour leurs transactions quotidiennes.

Le gouverneur Ariff Ali de la Banque de réserve des Fidji a exprimé des inquiétudes concernant la prolifération des schémas d’investissement en cryptomonnaies ciblant les résidents fidjiens. Il a réitéré que la banque centrale n’a ni autorisé ni agréé aucune entité pour offrir des investissements en cryptomonnaies ou échanger des actifs virtuels à l’intérieur des frontières fidjiennes.

Selon la loi de la Banque de réserve des Fidji de 1983, seuls les billets de banque et les pièces émis ou autorisés par la banque centrale sont considérés comme des devises légales. Le dollar fidjien est la monnaie officielle depuis 1969, et toute transaction effectuée avec des cryptomonnaies peut être en violation des réglementations existantes.

Les personnes trouvées achetant ou investissant dans des cryptomonnaies avec des fonds détenus aux Fidji peuvent faire l’objet de sanctions en vertu de la loi sur la Banque de réserve des Fidji (1983) et de la loi sur le contrôle des changes (1950). La banque centrale a réitéré sa position sur la question, exhortant le public à s’abstenir de participer à des activités liées aux cryptomonnaies qui ne sont pas autorisées par les autorités de réglementation.

Malgré la popularité croissante des cryptomonnaies dans le monde entier, aucun des pays insulaires du Pacifique n’a officiellement adopté les cryptomonnaies privées ou les stablecoins pour les transactions quotidiennes. Cependant, des pays comme les Fidji, Palau, les îles Salomon et Vanuatu ont montré un intérêt pour explorer le potentiel des devises numériques de banque centrale (CBDC) comme alternative numérique à l’argent liquide traditionnel.

Le gouverneur Ariff Ali de la Banque de réserve des Fidji a reconnu la présence d’entreprises promouvant des schémas d’investissement en cryptomonnaies via diverses plateformes, y compris les médias sociaux. Cependant, il a souligné que la banque centrale n’avait ni autorisé ni agréé aucune entité pour offrir des investissements en cryptomonnaies ou échanger des actifs virtuels aux Fidji.

Dans le cadre des efforts continus pour réguler l’industrie des cryptomonnaies, plus de 40 pays ont réalisé des avancées significatives dans l’élaboration de réglementations et de législations axées sur les cryptomonnaies ces dernières années. Selon un rapport du cabinet de services professionnels PriceWaterhouseCoopers (PwC), ces efforts réglementaires se concentrent principalement sur des domaines tels que la réglementation des stablecoins, la conformité aux règles de voyage, les orientations sur la délivrance de licences et la cotation, et le développement global d’un cadre crypto.

La mise en garde de la Banque de réserve des Fidji souligne l’importance de comprendre le paysage réglementaire entourant les cryptomonnaies dans différentes juridictions. Avec les tendances mondiales indiquant un intérêt croissant pour une adoption plus large des cryptomonnaies, la clarté réglementaire devient de plus en plus cruciale tant pour les investisseurs que pour les entreprises opérant dans cet espace.

À la lumière de ces développements, le public est fortement encouragé à ne pas participer à des entreprises liées aux cryptomonnaies, mettant en garde contre les risques financiers potentiels associés aux actifs numériques non réglementés.

Cette position réglementaire s’aligne sur les tendances mondiales plus larges, comme le souligne un rapport récent du cabinet de services professionnels PriceWaterhouseCoopers (PwC). Le rapport révèle que plus de 40 pays ont réalisé des avancées significatives dans l’élaboration de réglementations adaptées à l’industrie des cryptomonnaies en 2023.

Les domaines clés de concentration réglementaire comprennent la réglementation des stablecoins, la conformité aux règles de voyage, les orientations sur la délivrance de licences et la cotation, ainsi que le développement global d’un cadre crypto.

Alors que les nations du monde entier luttent avec les complexités de l’intégration des cryptomonnaies dans les systèmes financiers existants, la position réglementaire des Fidji souligne l’importance d’équilibrer l’innovation avec la supervision réglementaire. Alors que l’attrait des cryptomonnaies persiste, le respect des cadres réglementaires établis reste primordial pour préserver la stabilité financière et la protection des consommateurs.

La position de mise en garde de la Banque de réserve sert de rappel opportun du paysage en évolution de la finance numérique, exhortant à

Read more about:
Share on

dan saada

Dan possède un master en finance de l'ISEG (France), il est également fan de cryptomonnaies et de minage.

Crypto newsletter

Get the latest Crypto & Blockchain News in your inbox.

By clicking Subscribe, you agree to our Privacy Policy.